Canvas not supported.

Sur Vape Voyage, vous trouverez réponse à toutes les questions que vous vous posez si vous êtes vapoteurs et que vous avez un voyage de prévu. Il n'est pas forcément facile d'avoir une réponse claire et limpide à toutes nos questions. Avec vape voyage, que vous soyez sur le départ pour un voyage d'affaires, que vous alliez au bord de la mer, à la montagne, que vous changiez de continent ou que vous restiez à proximité, si vous vous demander comment emmener votre cigarette élcetronique et vos eliquieds ou, au contraire, si vous ne savez pas si vous pourrez en acheter sur place... Vape voyage vous répond.

Comme son nom l'indique, vape voyage s'adresse aux vapoteurs au long cours, aux aventuriers de la ecig, aux explorateurs chargés de e-juice, bref à vous qui aimez vapoter et parcourir le monde.

De par le monde, certains états sont ouverts sur la question du vapotage et d’autres ne le sont pas. Même quand l’e-cig est autorisée, de nombreuses questions à polémique existent toujours. Il s’agit entre autres du taux de nicotine, des endroits indiqués pour vapoter, etc. La libre circulation, les prix d’achat et les conditions de vente sont encore variables selon les pays. En plus, les facteurs environnementaux du lieu où l’on se rend influent sur les différents usages du matériel.

E-cig et voyage en avion

Concernant l’aéroport, l’avion et le vol, plusieurs réglementations sont établies. De nombreuses dispositions méritent également d’être prises. Explications :

Peut-on vapoter dans un avion ?

Dans un avion, les règles concernant la cigarette électronique sont strictes. Il ne sera pas question de vapoter dans l’appareil. Cela n’est autorisé ni au cours du stationnement ni en plein vol. Il faudra donc ranger le matériel rigoureusement dans l’appareil.

Peut-on vapoter à l’aéroport ?

Pour ceux qui souhaitent savoir si l’on peut vapoter à l’aéroport, la réponse à cette question est non. En tout cas, la plupart des aéroports l’interdisent. Il s’agit de : Paris-Charles de Gaulle — Munich — Athènes — Auckland — Barcelone — Budapest — Le Caire — Cancún — Chennai Dulles — Florence, etc.

Quelle quantité d’e-liquide est autorisée pendant le vol ?

Le voyageur est libre d’apporter toute la quantité d’e-liquide qu’il souhaite. Il doit juste s’assurer que le volume total de liquide qu’il porte n’excède pas 1 litre. Cela prend en compte les bains de douche et les shampoings. Par ailleurs, cette règle n’est valide que si l’on projette de laisser son liquide en soute. Si ce dernier doit être mis dans le bagage en main, il ne faudra pas outrepasser 100 ml d’e-liquide.

Peut-on garder la vapoteuse dans ses bagages ?

Il est permis de voyager avec l’équipement, mais il n’est pas permis de le placer en soute. Cela crée des problèmes de sécurité et c’est interdit. Il faudra donc le conserver dans le bagage en main. Si l’e-cig est dotée d’accumulateurs interchangeables, l’on ne doit emporter avec soi plus de deux.

Quels sont les éventuels incidents qui peuvent subvenir pendant un vol ?

Les soucis de fuites pendant le trajet sont assez récurrents. Cela est dû à la haute altitude et à la forte pression atmosphérique dans les airs. Il faut alors penser à vider le réservoir avant de ranger les accessoires.

Sinon, si la bague de l’airflow se situe en bas, il faut positionner l’e-cig à l’envers. Ce faisant, l’on doit prendre garde à le disposer dans une housse hermétique et imperméable. Par ailleurs, le risque d’incendie étant présent, il n’est pas autorisé de faire un rechargement en plein vol.

E-cig et voyage sur navire

Généralement, il n’y a pas grand souci à se faire lorsqu’on voyage par voie maritime. Sur la plupart des bateaux de croisières, il existe des zones spécialement dédiées pour ce genre d’activités. Ainsi, les fumeurs et les vapoteurs peuvent s’y rendre pour fumer. Cela est autorisé même si le pays où l’on compte partir refuse l’e-cigarette.

L’on pourrait vapoter aussi bien sur les eaux intérieures que celles extérieures. Toutefois, il faut noter que ces dispositions sont évolutives. Sur certains bateaux, ces espaces dédiés peuvent se trouver à l’intérieur. Sur d’autres, ils sont situés à l’extérieur. Il ne faudrait donc pas penser que l’on est systématiquement libre de vapoter à l’extérieur sur un bateau. Il faut toujours se renseigner.

E-cig et voyage par voie terrestre: train — Bus - Autocar

Dans la plupart des pays et en France en l’occurrence, il est interdit de vapoter dans les transports communs. Que cela soit les trains, les bus, les autocars, tout est pris en compte. L’usage est également interdit dans les gares.

E-cig et les interdictions

En effet, comme mentionné précédemment, tous les pays ne sont pas ouverts à l’utilisation de la vapoteuse. Il est recommandé de ne pas garder sur soi cet appareil lorsqu’on part dans l’une des nations ci-après. Il s’agit de : Argentine — Brésil – Brunei – Cambodge – Égypte – Émirats — Hong Kong – Indonésie – Jordanie – Liban – Malaisie (Selangor) – Oman – Qatar – Singapour – Taïwan – Thaïlande – Turquie – Uruguay – Vietnam.

E-cig et les réglementations

Plusieurs pays sont conscients des avantages suggérés par le fait de vapoter. Ils sont donc nombreux à accepter l’utilisation des e-cigarettes sur leur territoire. Toutefois, il arrive que les vapoteurs soient confrontés à certaines restrictions frustrantes. Il faut aussi noter que ces dernières ne sont pas similaires partout. En savoir plus ci-dessous :

Liberté d’utilisation assez restreinte

Dans les pays figurant dans la liste suivante, même si la vape est autorisée, il convient d’être très prudent.

Dans de nombreux états, l’usage est formellement condamné dans les lieux publics et dans les bâtiments officiels. Il s’agit de : Autriche – Belgique – Canada — Corée du Sud — Costa Rica – Croatie – Danemark – Équateur – Espagne – Estonie — États-Unis – Grèce – Honduras – Hongrie – Irlande – Italie — Japon – Lettonie – Malaisie – Malte – Népal – Nicaragua – Philippines – Pologne – Portugal — République tchèque — Royaume-Uni – Serbie – Slovaquie – Togo – Tunisie – Ukraine – Vietnam.

Aux USA et en Afrique du Sud, la liberté d’usage varie radicalement d’une ville à l’autre. À l’île Maurice, au Mexique ou à Singapour, le matériel pourrait être confisqué à tout moment. En Inde, cela n’est autorisé que dans 6 états.

Interdiction d’utiliser des e-liquides nicotinés

Certaines nations posent une contrainte d’utilisation sur la présence de la nicotine dans les e-liquides disponibles sur leurs territoires. Ces états considèrent les produits comportant de la nicotine comme étant pharmaceutiques.

Ils sont donc supposés être sujets à des licences médicales. Pour cela, ils ne sont pas en vente libre et l’on ne saurait s’en procurer pour sa vape. Au nombre de ces pays, il y a l’Autriche, le Danemark, le Japon, la nouvelle Zélande. Il y a aussi l’état du Queensland en Australie. Ce sont donc les e-liquides sans nicotine qui sont parfaitement libres dans ces endroits-là.

Restriction sur le prix d’achat

Dans certains pays qui autorisent le vapotage, le prix d’achat élevé représente un moyen de régularisation du vapotage. Les produits acceptés sont fortement taxés et reviennent chers à l’achat. Au nombre de ces pays, il y a : l’Italie, la Grèce et la Finlande.

E-cig libre

Certains états autorisent l’e-cig ainsi que toute sorte d’e-liquide et les réglementations sont les moins contraignantes. Au nombre de ces derniers, il y a la Belgique, la Grande-Bretagne et la France.

E-cig et points de vente en voyage

Les vapes shops sont soumises à diverses réglementations en fonction des pays. Dans ces états où s’est prohibé, évidemment, il n’y a aucun point de vente disponible. Souvent, ce sont la commercialisation, le port, l’importation et l’exportation qui sont bannis.

Dans ces pays où la vente est libre, il n’y a aucun souci à se faire. Il y a assez d’endroits pour s’en procurer. Toutefois, il faut veiller à partir en voyage avec un certain stock d’e-liquide. Il est fréquent que l’on ne retrouve pas sur place son produit favori. Aussi, il peut arriver qu’il n’y ait pas de boutique à proximité du lieu où on se rend. Pour cela, il faut aussi penser à garder des batteries secours et même des chargeurs.

E-cig et plage

Les risques et les petits bémols liés à l’utilisation d’une cigarette électronique demeurent pertinents. Quelques informations méritent d’être mentionnées :

L’e-cig n’est pas autorisée sur toutes les plages

Parmi les pays qui autorisent l’e-cig, un certain nombre interdisent le vapotage à la plage. C’est le cas de la France qui applique à outrance dans certaines villes, la politique des plages sans tabac. Ainsi, 5 plages françaises refusent rigoureusement le vapotage. Il s’agit de :

  • Saintes-Marie-de-la-Mer
  • La Ciotat
  • Cagnes-sur-Mer
  • Toulon
  • Sanary-sur-Mer

En dehors de la France, il faudra se renseigner sur les conditions du pays concernant le vapotage à la plage. Cela permettra d’éviter de nombreux désagréments.

L’e-cig n’aime pas la chaleur et le soleil

Le soleil et la chaleur sont très mauvais pour l’e-cigarette. Pour cette raison, il faut éviter d’exposer le matériel en plein soleil. Le laisser sur le sable chaud de la plage ou sur la serviette sous le soleil est absolument dangereux. Le matériel court ainsi des risques de détérioration suite à une explosion. En effet, très rapidement, la température peut grimper en période estivale pour en venir à ce stade.

Sur la plage, il est recommandé de laisser le matériel à l’ombre. De préférence, il faut le mettre dans le sac à l’abri du soleil. Lorsqu’on ne compte pas s’en servir, il n’est pas non plus recommandé de le déposer dans la voiture. Là encore, les risques d’explosion sont toujours présents. Si l’on ne souhaite pas l’utiliser dehors, il est préférable de le laisser à la maison.

L’e-liquide ne tolère pas la chaleur

Par ailleurs, le liquide non plus ne supporte pas les températures élevées. Il faut à tout prix éviter de le laisser sous le soleil ou l’exposer à des températures élevées. En effet, dans ces conditions, il perd sa consistance et se fluidifie. Les possibilités de fuites sont donc élevés. Aussi, il se pourrait que le goût soit affecté par ce changement d’état.

La cigarette électronique ne fait pas bon ménage avec le sable et la poussière

Le sable et la poussière sont deux ennemis de ce matériel comme de tout matériel électronique. Il peut arriver qu’ils s’infiltrent dans des circuits et soient dommageables pour l’équipement. Il n’est pas rare que la poussière gâter les pas de vis rendant complètement impossible le vissage du clearomiseur. D’autres fonctions importantes comme l’allumage et l’extinction peuvent aussi être détériorées.

Des cigarettes adaptées pour la plage

Pour le contexte de la plage, il est important d’acheter un matériel adapté. Pour cela, il faut veiller à emporter une e-cigarette moins coûteuse. En effet, quelles que soient les précautions prises, la possibilité d’une détérioration est toujours présente. Il faut aussi penser à se procurer un équipement résistant à l’eau. Comme ça, l’on se pare dans la mesure du possible. Cela évite tout risque lié à une plongée de l’appareil dans l’eau.

E-cig et sport d’hiver

Les conditions particulières des vacances d’hiver méritent, de la part des vapoteurs, certaines dispositions spécifiques. Voici quelques points qu’il convient de prendre en compte :

Les fuites du liquide en altitude

Lorsqu’on va skier ou pratiquer des sports d’hiver, l’on se trouve généralement en hauteur. Comme dans un avion, le fait que l’e-cig soit en altitude peut entraîner des fuites du liquide. Voilà pourquoi il faut penser à vider le réservoir. Sinon, il est possible de le disposer à l’envers pour éviter toute fuite.

La faible autonomie de la batterie face au froid

L’autonomie des batteries ne fait pas bon ménage avec la température glaciale. Lorsqu’on vapote dans un milieu où la température est basse, la batterie se vide rapidement. Elle le fait 3 fois plus vite qu’à la normale. Toutefois, cela ne voudrait pas dire qu’elle est détériorée.

Du retour dans les conditions usuelles, elle reprendra ses performances habituelles. Par contre, ce qui pourrait endommager la pile, c’est le fait de la recharger quand elle fait moins de 20 °C. Cela pourrait altérer définitivement son intégrité. Il faut donc éviter formellement d’exposer la batterie au froid.

La texture du liquide

Lorsque l’e-liquide est soumis à une température proche de 0 °C ou même inférieure, sa texture change. La quantité d’eau présente tendra à congeler. Toutefois, les autres composants tels que la glycérine végétale et le propylène glycol l’en empêcheront. En définitive, le liquide deviendra visqueux et les performances du clearomiseur seront plus faibles.

L’eau ne va pas de pair avec l’électronique

Il faut remarquer que la glace n’est qu’un état différent de l’eau. Partout où il y a la glace, il y a de l’humidité. Cependant, cette dernière peut être néfaste pour l’électronique et les circuits. Pour cette raison, il faut protéger son e-cig de l’humidité.

En somme, de nombreux pays ont compris l’avantage de l’e-cigarette par rapport à la cigarette classique. Pour cela, ils ont autorisé son utilisation sur leur territoire. Toutefois, il existe des conditions pour réglementer l’usage. Même dans les états où c’est prohibé, il faut croire que les lois sont évolutives. Enfin, comme pour tout équipement, le déplacement et l’usage de l’e-cig sont soumis à des règles à respecter.